Qui suis-je ?

Je m’appelle François Thomas, je suis né dans une famille de journalistes en 1994

J’ai grandi dans cet univers, au rythme des reportages et des bouclages. J’ai eu la chance de grandir à Perpignan qui accueille chaque année le festival VISA pour l’Image. C’est ainsi tout naturellement que ma passion pour le photojournalisme s’est développée.

En 2016, alors âgé de 22 ans et après de nombreux petits boulots comme photographe, je décide de passer à l’action. Je décide de partir, je cherche une structure qui me permettra de faire des photos. Je contacte des ONG pour partir couvrir des sujets plus importants, impactants et intéressants.

L’une d’elle me propose de m’envoyer en Syrie à condition que je fournisse des photos et des reportages de leurs actions, j’accepte.

Je pars donc pour neuf mois, durant lesquels je parcours de long en large la Syrie de Bachar, avec une grande liberté étant considéré comme humanitaire par les autorités.

Pendant la reprise d’Alep par le gouvernement syrien, je signe un contrat chez SIPA PRESS à qui j’envoie régulièrement des photos de la ville, de ses quartiers, de ses habitants, ou du moins ce qu’il en reste.

Je fais également la photo de couverture du livre, Le journal de Myriam (Fayard), ainsi que pour la promotion du livre en France et à l’étranger.

francois1 1
francois3

En mai 2017, j’assiste à l’extradition des combattants d’al-Nosra (ancienne branche d’al-Qaida en Syrie) du dernier quartier de Homs, le quartier al-Waer. Je parviens à passer les très nombreux barrages en me faisant passer pour un reporter russe. J’envoie ainsi de nombreuses photos à SIPA. Ces photos ne seront pas diffusées ce qui mit fin à notre collaboration.

Je me rends en Égypte ensuite quelques semaines. Daech occupe le Sinaï et je souhaite me rendre au monastère Sainte Catherine pour en savoir plus. Au Caire, je me fais arrêter avec un ami journaliste italien par les autorités sans uniformes. Nous faisons le stupéfiant constat qu’il est plus facile de faire des photos en Syrie qu’en Égypte.

Fin 2017 je retourne en Syrie trois mois avec un objectif précis : faire un reportage vidéo sur les villages chrétiens à la porte du front. Isolés, ils se défendent contre des groupes islamistes tel qu’al-Nosra.

francois2

Je continue de publier très irrégulièrement des photos bien que sans agence et sans contact fixe dans les rédactions des difficultés s’imposent.

Depuis mon retour en France, en mars, je fais principalement du montage notamment pour mon reportage puis pour un autre projet de documentaire en collaboration avec Philippe Lobjois rencontré à Alep en 2016.